Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
   
Union pour Asnières




 

Recherche

Archives

25 novembre 2009 3 25 /11 /novembre /2009 12:41
Les Asniérois, intéressés par la vie de leur commune, ont vraisemblablement acheté en masse le numéro spécial "Asnières" du magazine L'Express. Cela doit être un excellent filon éditorial et commercial pour ce magazine qui réexploite à l'envie les événements politiques de notre ville. Le magazine publie donc un "dossier spécial" de 7 pages dont le but semble être un rapport d'étape sur la politique menée par le Grand Rassemblement depuis plus d'un an.

C'est donc avec stupeur que l'on s'aperçoit que 60 % du contenu de ce dossier sont consacrés à l'ancienne équipe et à l'héritage... Il ne reste que 40 % pour décrire ce qui a été fait par la nouvelle majorité. Quand nous disons "décrire" cela semble un peu trop contraignant pour la rédaction de ce magazine qui préfère survoler l'année passée tant il est plus aisé de continuer à décrier les vaincus... L'Express survole, survole et survole encore. Survole tant et si bien qu'il se contente de balancer au lecteur les informations directement fournies par la mairie. Ce n'est plus un dossier spécial mais bien un publi-reportage*!
(* Dossier ou article publicitaire rédigé de concert entre l'annonceur ou son agence de communication et le support dans lequel il est destiné à être inséré.)

Où est le travail du journaliste qui prend pour argent content ce que des services politiques d'une mairie lui fournit ? On nous ressort les photos de la victoire. du Grand Rassemblement. Pour quel objectif ? Parce que les lecteurs ne les ont pas vues ou parce que l'on veut souligner, une fois de plus que l'équipe en place est heureuse et efficace ?

À force de conivence, le journalisme confère à la publicité et dans ce cas nous aimerions savoir quel pourrait être le montant négocié d'un tel dossier.

Concernant les impôts, page IV du dossier nous lisons : "La hausse de 17% permet à l'opposition de se déchaîner..." Le mensonge est là : 17% c'est ce qu'avaie annoncé les Pietrasanta-Fischer et Leblond l'année passée. Hors ce ne sont pas 17% mais bien 19% d'augmentation qui ont été appliqués aux Asniérois. Et le magazine l'ignore, complaisant, reprenant les chiffres donnés par la mairie.

Le magazine reprend également l'argumentaire de la mairie concernant cette hausse évoquant le risque de mise sous tutelle de la mairie et la dette supposée inquiétante qui s'avèrent être un mensonge éhonté de l'équipe du Grand Rassemblement comme le prouve la réponse du Préfet des Hauts-de-Seine.

En outre, comme il est impossible de nier les dissensions qui règnent au sein de la majorité municipale, bien sûr le dossier de L'Express les évoque. Elles sont immédiatement minimisées par les interventions de Josiane Fischer et Christian Leblond qui confirment que la cohésion municipale est toujours d’actualité.

L’Express se contente de soulever le problème de l’intercommunalité mais omet d’autres dossiers épineux pour la mairie :

- les procédures en cours contre la mairie ainsi que la condamnation de Sébastien Pietrasanta ;

- l’accroissement singulier de l’insécurité et l’incapacité de la mairie à y faire face ;

- les problèmes à répétitions qui se multiplient au sein des services de la mairie notamment de la police municipale ;

- les relations étroites entretenues avec la maire de Julien Dray. (qui a d'ailleurs refusé de s'exprimer dans le cadre de ce dossier et l'on se demande bien pourquoi...) Tout juste si l’on évoque le noyautage du cabinet par des membres de l’association Touche pas mon pote.


En revanche on n’hésite pas à rappeler à l’envie les déboires judiciaires de certains membres de l’ancienne équipe municipale. Il semble y avoir deux poids deux mesures…

À bien y réfléchir on se demande ce qui lie ce magazine à l’équipe de la majorité municipale. Ce qui est certain, l’objectivité journalistique mais aussi l’impartialité ne sont pas au rendez-vous. L'Express porte bien son nom... Un dossier bâclé, téléguidé et sans aucune objectivité. Vive le publi-reportage !



Partager cet article
Repost0

commentaires

A
<br />  C'est vrai que Christophe Barbier,  Directeur de la rédaction de l'express, semble depuis quelques mois verser dans une attitude étrange. Anti-sarkozysme primaire, présence accrue<br /> dans lesmédias, leçons de morale et de politique àn'en plus finir, je l'ai surnommé Mr JE-SAIS- TOUT-et moi-je -saurais comment-faire-pas comme-ces-nuls-de politiciens.....etc...etc....au point<br /> qu'on ne l'écoute plus beaucoup,moi en tout cas.<br /> <br /> Je me souviens pourtant d'un C dans l'air ou il m'avait beaucoup surprise et un peu choquée, ou il se présentait comme un ami personnel de Carla Bruni-Sarkozy, ,vantant son<br /> éducation, sa culture,son intelligence ( ce qui est vrai)  etc, etc..et disant qu'elle ferait merveille en tant que première Dame. On voyait les étoiles scintiller dans sa prunelle, au point<br /> que Calvi  semblait géner de ces confidences personnelles.<br /> <br /> Y aurait-il de la déception dans l'air qui expliquerait l'acrimonie manisfeste de ce journaliste ? Jemesuis souvent posé la question depuis quelques mois, tant les positions ont varié. Regradez<br /> dans les archives de C dans l'air qui était consacré au mariage de Nicolas et de Carla : Christophe Barbier RAYONNAIT de bonheur !<br /> <br /> Ah! ces journalistes! Et après, ils se plaignent qu'on achète plus leur torchon.<br /> <br /> Bon week-end,<br /> <br /> Annie<br /> <br /> <br />
Répondre
U
<br /> On se demandait aussi... <br /> <br /> <br />
J
<br /> On se demandait ce qu'un site comme le votre pensait du dossier de l'Express<br /> <br /> On est content de savoir que l'article vous a déplu<br /> <br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br />
Répondre
U
<br /> Il est certain que lorsque l'on préfère l'argumentation fallacieuse à la vérité, que l'on est plus sensible à la bien-pensance qu'à la véritable justice, on ne peut qu'apprécier ce type de dossier<br /> démagogique. Mais la méthode n'est pas nouvelle et je suis à mon tour heureux de voir que vous n'êtes pas étonné de notre réaction.<br /> En fait cela correspond à une divergence d'opinion vraisemblablement culturellement encrée.<br /> <br /> Ce qui nous étonne c'est que ce magazine prend partie sans aller au fond du dossier et se contente de tacler Aeschlimann uniquement pour faire un coup en deux bandes (un peu court d'ailleurs) et<br /> toucher NS tout en occultant ce qu'Aeschlimann a apporter à la notre ville en 10 ans seulement. Et ceux qui répondent "que des dettes" nous leur disons, rendez-vous dans 5 ans et nous vérifierons<br /> ce que vous, avez apporté à la commune. Parole d'Asniérois.<br /> <br /> <br />